D'abord aucune révolte contre ce "Dieu" qui a laissé se produire l'accident. Et puis ce monstrueux égoïsme qui fait qu'on remercie cet assassin céleste d'être en vie. Quelle charité chrétienne vis-à -avis de ceux qui ont perdu un être cher ? Ce choix aveugle d'un "Dieu" auquel on se soumet peureusement, on l'admet, sans révolte. Quelle horreur ! Quelle démission de responsabilité. Au lieu de crier: "Dieu, merci!", il faudrait hurler:"A mort, le tyran!".

Croyez-moi: sans dieu, c'est mieux !