C’est vrai. Et je râlais de ne pas pouvoir fumer en classe. Je râlais aussi parce qu’on n’admettait pas que je donne cours en jeans. Bon, je râlais. Mais je n’aurais jamais eu l’idée de m’adresser à la justice pour faire valoir mon droit à pratiquer ma toxicomanie en classe (on n’employait pas ce mot à ce moment-là !) ou à mon inclinaison pour le western …

D’ailleurs, je n’avais pas le fric pour me payer un avocat. Et je l’aurais eu, et que ce fût un avocat sérieux (si, si, çà existe) il m’aurait envoyé faire l’en laire. Alors, je m’interroge sur toutes ces femmes qui revendiquent le voile (signe de leur indignité) et qui s’adressent à la justice belge : quelle combativité pour proclamer leur subordination ! Et avec quel argent ? ne tente-t-on pas de culpabiliser l’opinion belge en insistant sur la précarité de leur condition sociale et matérielle ?

A moins qu’il s’agisse de l’argent des hommes...seuls vrais bénéficiaires de la manoeuvre ?
Rédigé par : @ston martin