Le Soir du 30 mars nous relate un fait de violences commis le 13 mars (pourquoi avoir attendu si longtemps ?) dans le métro de Bruxelles, à l’encontre de deux homosexuels au teint méditerranéen, par 3 jeunes « Maroxellois » ( !)
L’agression était très clairement homophobe et fut très violente. Une hospitalisation fut nécessaire ; un PV dressé avec « promesse » par la police « de visionner les caméras de surveillance ».
Les réactions des deux victimes, sont curieuses. Au lieu de se plaindre et de regretter cette violence primaire, bestiale, ils cherchent des références dans le Coran !
« Nous sommes supposés vivre dans un pays libre (ndlr : ils ont tous deux le statut de réfugié), en toute sécurité. Je suis d’autant plus choqué que je suis musulman. … Il n’est écrit nulle part dans le Coran que l’on peut injurier et frapper… »
Faut-il en déduire qu’au cas où le Coran ne l’aurait pas défendue, l’agression eût été justifiée ??? Et pourquoi cette référence au Coran en Belgique où les lois ne sont pas (encore) dictées par Allah ?

@ston martin