Le Figaro du 30 avril 2010 révèle quelques éléments du projet de loi français contre le voile intégral, dont le plus intéressant est sans conteste, celui de sanctionner celui qui se rend coupable « d’instigation à dissimuler son visage en raison de son sexe ». Imposer le voile par « la violence, la menace, l’abus de pouvoir ou d’autorité sera puni d’un an de prison et de 15 000 euros d’amende »

Oups ! Rien que çà !

On entend déjà les âmes compatissantes en imaginer les conséquences : ces femmes seront tout simplement recluses à la maison. Par qui ? Par leur époux, parbleu. Ah ! Elles ne seraient donc pas libres d’aller et venir ? Cela s’appelle, ni plus ni moins, de la séquestration. Elles seraient privées de toute existence publique, de tout contact social ! Car sous leur voile, elles en ont un ?

Le projet de loi n’est donc pas dupe des affirmations de libre choix claironnées sous le voile par celles qui le portent … En toute justice, la peine prévue pour la femme est plus légère : une amende de 150 euros.

Ce projet de loi doit être examiné en Conseil des ministres le 19 mai et présenté aux députés début juillet. Encore une fois, malheureusement, ce n’est pas sur le parti socialiste que les femmes pourront compter pour défendre leur dignité : il a déjà averti qu’il souhaitait limiter l’interdiction du voile intégral « aux services publics et aux commerces » (sic)

@ston martin