Le site « Riposte Laïque, reprend les propos de Fadela Amara, sur le plateau de l’émission "On n’est pas couchés" : "Entre le voile et la burqa, il n’y a que quelques centimètres de différence, mais la symbolique est la même".

Chahdortt Djavann, romancière iranienne, dit que "le voile est l’étoile jaune de la condition féminine". Dans une interview accordée à notre journal, Ann Pak, autre féministe iranienne, disait : "De même que les nazis marquaient les juifs d’une étoile jaune, les islamistes, eux, ont marqué les femmes d’une nouvelle toile noire : le voile. De la sorte, ils les ont enfermées dans une prison déambulante, les ont rendues invisibles, ont nié leur existence en tant qu’êtres humains tout comme les nazis avaient hier nié l’existence des juifs également en tant qu’êtres humains".

Ce parallélisme entre la condition faite aux Juifs par les nazis et celle des femmes par le coran, peut paraître excessive mais est cependant correcte : pour les uns comme pour l’autre, ce sont des « untermenschen », c’est-à-dire des citoyens de seconde zone, ne possédant pas les mêmes droits civils que les autres.

@ston martin