Les livres de théologies sont des livres inutiles, de la superstition et rien d’autre. Il y a des millions de livres sur le petit « Jésus », mais très peu de livres sur le « mythe de Jésus », parce que les maisons d’éditions refusent généralement d’imprimer tout livre dénonçant le mythe absurde de Jésus. Les libraires refusent souvent la vente de tout livre critique sur le mythe de Jésus, à cause de la toute-puissance de l’Eglise et des réactions des fidèles intégristes. Quel libraire accepte un livre critique sur le Coran et sur l’islam par exemple? Il risque de voir son commerce incendié. Il existe des millions de livres de théologie sur le christianisme, autrement dit sur le petit "Jésus", autrement dit au sujet d’une fable.

Le pape Léon X écrivait d'ailleurs en 1520 au cardinal Bebo "On sait de temps immémorial combien cette fable de Jésus-Christ a été profitable à nous et à nos proches."Quantum nobis nostrisque que ea de ...

Comment les théologiens peuvent-ils croire qu’il y a un Dieu tout-puissant qui a engendré intentionnellement un fils chez une vierge, qu’il avait l’intention de clouer ensuite sur une croix vers ses 33 ans, pour le faire mourir d’une façon cruelle, après quoi il avait seulement la capacité de nous pardonner nos péchés (lesquels) ? Sans ce crime prémédité pendant 33 ans, par le Père sur le Fils, devenu alors le fameux Rédempteur, ce Dieu cruel n’aurait soi-disant pas pu nous pardonner nos péchés. N’est-ce pas bizarre, chers chrétiens crédules? Ce sont bien les Evangiles et Jésus lui-même qui répètent inlassablement qu’il doit exécuter les « Ecritures », qu’il doit mourir pour accomplir la volonté du Père, sans quoi il n’y a pas de Rédempteur. Jésus contraint par le Père collabore à son suicide organisé et expliqué préalablement en détails, pour créer le mythe le plus invraisemblable qu’on puisse s’imaginer. Celui qui a lu les Evangiles sait donc que ce ne sont pas les Juifs qui voulaient la mort de Jésus, mais bien le Père et qui peut s’opposer au Tout-Puissant. Qui pourrait tuer le fils de Dieu sans l’accord du Tout-Puissant? Il serait plus puissant que le Tout-Puissant. En plus de cela, comment les Juifs seraient-ils responsables d’un déicide, alors qu’il s’agit d’un mythe, d’une fable. Un dieu est incapable de mourir, sinon ce n’est plus un dieu. Un dieu ne nait pas d’une petite innocente dont le Tout-Puissant aurait abusé. Le Vatican continue à vouloir imputer aux Juifs ce déicide inexistant et dont ils savent qu’il n’a jamais existé. Le Vatican reste antisémite et a, à cause de ce déicide inventé, fait persécuter les juifs pendant presque deux millénaires. Ce Tout-Puissant pouvait tout de même pardonner sans crucifier son Fils ? Qui peut croire à une mise en scène aussi macabre, aussi insensée, aussi complètement absurde ? Un tel Dieu serait tout simplement un monstre et fou à lier. Jamais les croyants ne se posent cette question.

Pourquoi ce Dieu vivant depuis l’éternité, n’a seulement pensé à « fabriquer » un fils via cette vierge Marie, qu’il y a 2 mille ans ? Pourquoi avait-il besoin de cette petite vierge (une pauvre fille de la race humaine dont il abusait pour l’enceinter à l’insu de Joseph), ce Dieu tout-puissant ? Il pouvait aussi bien créer son fils ex nihilo, mais surtout quelle cruauté: c’était inutile, pervers et criminel, puisqu’il pouvait tout simplement pardonner, sans créer un fils pour le crucifier. C’est cette macabre fable que les chrétiens vénèrent et qui est symbolisée par cet horrible crucifix d’un homme agonisant lentement sur la croix. Si la guillotine avait existé, le mythe l’aurait fait mourir ainsi et tous les chrétiens vénéreraient aujourd’hui la « guillotine ».

C’est tout simplement inimaginable que des théologiens passent leur temps à commenter ces Evangiles stupides, ces miracles invraisemblables, dans d’innombrables textes. Parler de « théologiens savants » est une contractio in terminis, parce que tout leur savoir est basé sur des mythes, de faux dogmes, autrement dit sur l’irrationnel, sur du vent, sur une crédulité pathologique. Le Rédempteur devait nous délivrer de nos péchés, alors que le lendemain de sa mort les péchés continuaient tout simplement comme avant ; ainsi la mise en scène de sa mort et de sa résurrection, n’avaient donc aucun sens et n’avaient en outre servi à rien.

Il faut d'ailleurs continuer à baptiser les enfants pour les délivrer de leurs péchés, pourquoi ce Jésus mythique est-il alors crucifié ? Cette fable absurde a contaminé un milliard d'êtres humains crédules qui ne se posent aucune question rationnelle au sujet de ce Dieu criminel qui a prémédité le meurtre de son propre fils pendant 33 ans. L’homme dans sa perversité a créé le Dieu pervers... à son image.