Nous citons Sisyphe:

La députée péquiste de Rosemont, Louise Beaudoin, conjointement avec la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, la députée de Lotbinière, le député de Mercier, le député de La Peltrie et le député des Chutes-de-la-Chaudière, a fait adopter à l’Assemblée générale le 25 novembre la motion suivante :

« Que l’Assemblée nationale affirme que la polygamie ne fait pas partie des valeurs fondamentales de la société québécoise, qu’elle estime que cette pratique va à l’encontre du droit à l’égalité entre les femmes et les hommes, et qu’elle salue la position exprimée en ce sens par le Conseil du statut de la femme. »

Rappelant que le gouvernement de la Colombie-Britannique s’adresse à sa Cour suprême afin qu’elle se prononce sur la constitutionnalité de l’article 293 du Code criminel interdisant la polygamie, Louise Beaudoin a invité les député-es à rejeter formellement la polygamie et a appuyé l’avis du Conseil du statut de la femme, La polygamie au regard des droits des femmes. Elle a rappelé que le CSF rejette la polygamie « essentiellement parce qu’elle est une atteinte à l’égalité des sexes, parce qu’elle est incompatible avec l’égalité des hommes et des femmes et le respect des droits des femmes et la dignité des femmes tels qu’on les entend aujourd’hui ».

La députée de Rosemont a ajouté que la polygamie – « archaïque, rétrograde, cette forme d’esclavage » - entraîne des conséquences dramatiques pour les femmes et les enfants dans les pays où elle se pratique.

...

Le député de Mercier (Québec solidaire), Amir Khadir, a déclaré pour sa part que son parti « rejette avec force toutes les formes institutionnelles ou non-institutionnelles de discrimination à l’endroit des femmes. »

Il a senti le besoin de justifier la position de Québec solidaire sur la question du port du voile islamique dans les institutions publiques, affirmant qu’il avait pris position « non contre le port de voile dans certaines institutions publiques ou parapubliques, mais contre le principe même du voile (…) comme un instrument de domination et d’asservissement des femmes, comme un symbole de violence institutionnalisée à l’égard des femmes. C’est-à-dire que, pour nous, la bataille doit se mener par rapport aux institutions religieuses elles-mêmes, non pas à celles qui en sont victimes. » (3)

Le député de Mercier a déclaré au sujet de la polygamie : « Il est certain que nous rejetons avec le plus de véhémence possible toute atteinte à la liberté des femmes et toute atteinte à la dignité des femmes, et la polygamie en est une particulièrement virulente que nous tenons à rejeter. » (4) Il a expliqué l’importance et la manière de contrer le pouvoir religieux dans la société : « En fait, toutes les institutions de pouvoir religieux sont des institutions de pouvoir patriarcal. Et c’est dans un rejet de toute influence de la religion dans nos sociétés qu’il faut peu à peu combattre la possibilité par les défenseurs de ces modèles de pouvoir imposer leurs modèles à nos sociétés, à nos législations. » Pas en combattant l’imposition de ces contraintes du « pouvoir patriarcal » qui limitent la liberté et les droits des femmes, apparemment, mais en mettant fin au financement des écoles privées « derrière lequel se cachent plusieurs de ces groupements pour obtenir des financements et pour maintenir des foyers d’endoctrinement pour en arriver à imposer ce modèle. »

Source: http://sisyphe.org/spip.php?article3718 (Merci au lecteur qui nous a renseigné sur ce fait récent)

Eh oui: tout est lié, les Québecquois l'ont bien compris, eux...et ils ont enclenché une franche marche arrière par rapport aux "accommodements" dont ils réalisent à présent tous les vices cachés.

Mais chez nous, le monde politique continue à jouer aux trois singes: le CDH n'entend rien, Ecolo ne voit rien et le PS ne dit rien! Pire: les assises de l'Interculturalité de madame Milquet regorgent de propositions suicidaires pour l'avenir de notre démocratie, en démarrant fort par une déclaration visant à relativiser et déligitimer nos plus hautes valeurs démocratiques. Du relativisme culturel pur et dur, intégralement tourné vers les revendications d'une infime frange radicale de nos populations d'origine étrangère...en niant l'ensemble des autres voix qui s'élèvent, et en refusant d'entendre la peur qui se cache déjà sous certains silences.

Réagissons contre ces pratiques politiciennes qui ne sont plus à l'écoute de la population belge!