Quel bond en avant viennent de faire les Droits de l’Homme ! La Cour européenne des Droits de l’Homme vient de donner raison à Berlusconi, chef du gouvernement italien et pieux homme exemplaire, qui veut continuer à imposer les crucifix dans les Ecoles publiques. Les membres de ladite Cour examinent les problèmes de haut, bien évidemment...De si haut même que, parfois, ils ne les voient plus. Nous on croyait qu’après Galilée, Darwin, Freud et tutti quanti, l’Eglise, dont le symbole est la croix, n’apparaissait pas tellement comme favorisant la connaissance scientifique ? Qu’au contraire, son dogmatisme faisait obstacle à la science et que donc les progrès scientifiques et culturels s’étaient faits en Europe, malgré elle et en opposition avec elle ! L’innocence Si la vérité sort toujours de la bouche des enfants et non de la bouche de juristes chevronnés, je vous engage à suivre le dialogue de deux enfants avec leurs parents aux pieds d’une croix. « Papa, c’est Jésus là sur la croix ? « Bien sûr » « Et pourquoi il est sur une croix ? Il a fait quelque chose de mal ? » « Au contraire, il n’a fait que du bien. Mais il gênait les Romains et les Juifs religieux de l’époque. » « Mais, il est bien le fils de Dieu le Père , » « Oui » « Alors, pourquoi Dieu n’est-il pas intervenu pour sauver son fils ? » « Là, c’est un mystère : Jésus devait mourir pour expier, à la place des hommes, le péché originel. » « C’est quoi, ça ? » « Tu es fatigant ! Tu apprendras tout ça au cours de catéchisme » « Je veux pas aller au catéchisme » « Mais tu dois, pour faire ta communion. « Mais le curé est méchant » « Il est sévère, parce que vous êtes inattentifs » « Non ! Il est...méchant ! » « Et moi, j’ai peur de Jésus sur la croix, Il n’a rien fait de mal et il est condamné ; c’est injuste. Et pourquoi on lui a mis une couronne d’épines ; c’est terrible ! « Par dérision, parce qu’on avait dit qu’il était le roi des Juifs. Tu vois l’inscription là- haut ? INRI ? Cà veut dire Iésus Nazarethi Rex Iudicorum, Jésus de Nazareth, roi des Juifs. » « Horrible : des clous lui ont traversé les mains et les pieds. Et son père n’intervient pas à cause du péché originel ? « « Oui, Adam et Eve, les premiers Humains ont mangé le fruit de l’arbre interdit par Dieu » « Pourquoi Dieu a créé un arbre qu’il interdit après ? Il aurait pu ne pas le planter ? » « Les voies du Seigneur sont impénétrables » « Et c’est quoi, cet arbre interdit ? » « L’arbre de la connaissance du bien et du mal » « Dieu ne voulait pas qu’on sache ce qui est bien et ce qui est mal ? » « Sans doute… » « Mais, Papa, c’est effrayant : on faisait le mal en croyant faire le bien ? » « …. ! » « Papa, allons-nous en. Je ne me sens pas bien à regarder cette croix. C’est abominable. Je vais en faire des cauchemars…. » « Elle a raison, Papa, c’est insupportable de voir Jésus agoniser ainsi pour avoir fait le bien. Et tu as dit que les gens ont choisi entre Jésus et un bandit ? » « Oui, Barrabas » « Et Dieu n’a pas envoyé sur eux le saint esprit, pour qu’ils ne se trompent pas ? » « Venez, les enfants, il est temps… » « Pourtant, grâce à la désobéissance d 'Adam et Eve, ils savaient ce qui est bien et ce qui est mal ? Et ils ont choisi de faire condamner Jésus qui est innocent ? » « C’est le libre arbitre… » « Un arbitre  » « Ooooooh ! Venez ! »

Dehors, la croix ! Leçon de morale tirée, spontanément, de la contemplation de la croix : voilà ce qui arrive quand on s’oppose aux puissants ! Attention de ne pas prêcher contre les tyrans ; ils sont forts et ils sont vainqueurs. Dieu est avec eux. On libère le bandit et on punit l’innocent, sans que Dieu intervienne : il vaut mieux être bandit. C’est la volonté de Dieu… Il a la berlue, Berlusconi qui croit avoir gagné la partie. Les Musulmans, qui mettent leurs innombrables enfants à l’Ecole publique, vont exiger qu’on enlève cet emblème de propagande chrétienne. Et, on en a suffisamment d’exemples : ce que l’islam veut, Dieu le veut.