Nous avons combattu les droits criminels afin d’instaurer une meilleure justice pour les femmes
Nous avons combattu afin d’obtenir le droit de vote, après plusieurs années de lutte
Nous avons combattu afin d’accéder à des postes de pouvoir au niveau social, politique et économique
Nous avons combattu pour le droit de circuler librement partout sans qu’il nous soit fait violence
Nous avons combattu pour dénoncer les abus, les violences dont nous étions victimes
Nous avons combattu pour contrer le harcèlement sexuel ou psychologique dont nous étions victimes
Nous avons combattu les préjugés de toutes sortes qui faisaient des femmes des personnes inférieures, des servantes, des procréatrices, des esclaves sexuelles, des folles
Nous avons combattu pour contrer l’intimidation, la haine afin de prévenir d’autres violences meurtrières, comme celle du 6 décembre à Montréal et aussi celles que subissent encore beaucoup de femmes dans le monde
Nous avons combattu le sexisme, les stéréotypes dans les rôles masculins et féminins
Nous avons combattu des lois rétrogrades comme celle qui interdisait aux femmes l’accès aux tavernes
Nous avons combattu pour prendre la parole
Nous avons marché pour l’accessibilité à la richesse économique et pour la reconnaissance
Nous avons combattu pour accéder à l’autonomie à tous les niveaux
Nous avons combattu toutes les autorités, dont l’autorité religieuse catholique, qui entravaient la liberté des femmes
Et combien d’autres combats avons nous poursuivis…
Nous avons combattu pour obtenir des changements profonds dans tous les rapports humains afin qu’ils soient plus égalitaires, que ce soit au niveau politique, économique, juridique, social, affectif ou sexuel, et aujourd’hui le principe d’égalité est accepté même s’il est encore à façonner.

Nous ne plierons pas devant les demandes et les accommodements totalement déraisonnables et discriminatoires envers les femmes
Nous ne plierons pas devant la représentation de signes religieux dans l’espace civique ni devant les outrages ou les discriminations des droits des femmes dans tous les lieux
Nous ne plierons pas devant un Dieu, quel qu’il soit
Nous ne plierons pas devant les religions complètement fermées au partage de leurs instances de pouvoir avec les femmes
Nous ne plierons pas devant les croyances qui amoindrissent la représentation des femmes, l’agressent, la violentent, l’inhibent
Nous ne plierons pas devant les insultes, les injures, les menaces, le dénigrement, la condescendance, le chantage et les faux-semblants
Nous ne plierons pas devant les accusations telles racistes, xénophobes, islamophobes, laïcards et que sais-je
Nous ne plierons pas devant les arguments intellectuels de tout acabit qui font fi de l’égalité entre les hommes et les femmes
Nous ne plierons pas devant le relativisme qui inhibe le principe d’égalité entre les hommes et les femmes
Nous ne plierons pas devant des arguments « gauchistes » qui atténuent la représentation inégalitaire et patriarcale des religions
Nous ne plierons pas devant les arguments qui défendent des droits individuels au détriment des valeurs collectives égalitaires et démocratiques
Nous ne plierons pas devant l’avancée de l’intégrisme religieux
Nous ne plierons pas devant les symboles et les manifestations culturelles ou religieuses, archaïques, fondamentalistes, rétrogrades, passéistes anti-progressistes ou de soumission qui discriminent les femmes
Nous ne plierons pas devant les propositions de « semi-laïcité », ouverte ou autres
Nous ne plierons pas devant les menaces à nos acquis

C’est pourquoi nous réitérons notre demande d’une charte de la laïcité.

Johanne St-Amour @ Sisyphe, le 11 février 2010