Mes cher/e/s ami/e/s

Comme je regrette de ne plus pouvoir vous soutenir cette fois! Je partage tant d’idéaux avec certains d’entre vous...

Quel dommage, Charles...toi qui défends intelligemment notre Capitale et sais parler sans user de cette horrible langue de bois si commune en politique, où on passe quasi instantanément de l’hypocrisie crasse à l’injure ad hominem. Dur-dur le métier politique.

Mais là, je ne peux plus te suivre. Pas à cause de toi-même, d’ailleurs. Non. Mais ma voix pour toi profiterait à une politique que je ne peux plus soutenir sur certaines dimensions. Je constate ton impuissance à contrer le fol engouement du bourgmestre de Molenbeek pour les voix communautaires...à contrer ses positions dangereuses pour l’avenir de la laïcité, pour l’avenir de nos libertés, pour l’avenir des femmes. "Flupke" n'est pas un simple rigolo: il brade nos valeurs contre des voix ! Il vend l’égalité hommes-femmes au diable vert de l’islamisme qui monte, qui monte, qui monte...

Oui, Charles, je partage toujours des tas de choses avec toi, mais tu n’auras pas ma voix, tant que tu cohabiteras avec le cheval de Troyes, et qu’il imposera ses choix. Ce n’est pas de gaieté de coeur, crois-moi ; mais le danger est trop grand, et il est trop urgent de choisir. Je garde le coeur à gauche, cher ami. Mais il faut aussi de la tête. Si nous perdons les acquis des Lumières, de la science, des combats laïques, féministes, les acquis de toutes les luttes contre le fanatisme et les totalitarismes....ce qu’il nous restera à partager solidairement ne sera que misère, superstition et soumission. Je ne me ferai pas complice de cette dérive.

A plus tard, peut-être...si toi et quelques autres personnes lucides parvenez à remettre les pendules à l’heure...des vraies valeurs.

K.