Sans Dieu C'est Mieux

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 27 mars 2016

On n'a pas le droit de dire "on ne savait pas"!

En 2005, la journaliste belge d'origine marocaine, Hind Fraihi, a enquêté sur Molenbeek et les milieux islamistes radicaux -Elle en a tiré un livre courageux:"En immersion à Molenbeek", Ed. La différence, 238 pages. (17 euros). Onze ans déjà qu'elle a dénoncé l'intégrisme islamiste qui gangrenait un quartier de Bruxelles: Molenbeek, avec la bénédiction de son bourgmestre de l'époque...l'irresponsable "socialiste" Philippe Moureaux, s'enfonçait peu à peu dans le repli identitaire, l'intégrisme et pour certains le radicalisme violent.

Elle raconte à notre confrère Marianne.net son parcours depuis ses études à Bruxelles, sa progressive prise de conscience des manoeuvres de groupes islamistes pour enrôler nos jeunes dans des guerres "saintes" à l'étranger...et ce, déjà avant le tragique "11 septembre 2001"!

Lire la suite...

dimanche 17 janvier 2016

les fous de dieu

Il ne se passe plus un jour sans attentat terroriste commis dans le monde au nom d'un Islam sanguinaire et dément.Depuis les tueries de Paris en janvier 2015 la liste ne cesse de s'allonger...partout. L'Islam est malade de ses fanatiques et du refus de ses adeptes de revoir les préceptes à la lumière de la modernité.

Une liste sommaire fait entrevoir l'étendue de la folie islamiste:

Lire la suite...

vendredi 10 septembre 2010

Un Imam suisse se prononce en faveur de la lapidation!

La condamnation de l’Iranienne Sakineh Mohammadi Ashtiani à la lapidation a mobilisé nombre d'associations démocratiques. Mais ce mouvement de protestation ne fait pas l'unanimité chez les Musulmans européens!

Hani Ramadan (frère de Tarik et directeur du Centre islamique de Genève) prend la défense de cette pratique pour son effet «dissuasif», en tentant d'en minimiser la portée... Il nous semble opportun de rappeler, à cette occasion, que le bourgmestre de Rotterdam Ahmed Aboutaleb (PvdA - Sociaux-démocrates) et son Conseil municipal ont renvoyé Tariq Ramadan de l Université Erasmus où la Ville lui finançait une chaire, au motif qu'il collaborait a une chaine TV de propagande officielle iranienne, et cela en plein mouvement de protestation anti-Ahmadinejad.

Ne pourrait-on à présent envisager en Suisse une sanction pénale à l'égard de son grand frère pour incitation à la haine et à la discrimination sexiste ?

Plus de détail dans ce qui suit.

Lire la suite...

mardi 7 septembre 2010

FRANCE: Déclarations courageuses et lucides d'un Professeur musulman

Nous relayons l'article courageux d'un professeur de philo:

La lapidation, "preuve extrême de la logique de violence de l'islam" Abdennour Bidar, professeur de philosophie en classes préparatoires à Sophia-Antipolis

La monstrueuse condamnation d'une femme à la lapidation par la République islamique d'Iran donne encore une fois de l'islam une image catastrophique, celle d'une religion archaïque, violente et totalitaire. N'essayons pas en effet de dédouaner la religion islamique du meurtre programmé de Sakineh Mohammadi-Ashtiani en soutenant qu'il s'agit d'une décision politique. Le pouvoir de Mahmoud Ahmadinejad se fonde sur une idéologie reconnue comme celle d'un islam fondamentaliste.

En tant qu'intellectuel musulman, je dois prendre la responsabilité de dire cela haut et fort, en m'insurgeant contre cette sentence de lapidation au nom de la dignité de la personne humaine. Mais je ne saurais m'en tenir à cette indignation. Si en effet la pulsion totalitaire de la religion islamique trouve là l'une de ses expressions les plus inhumaines, il faut y voir simplement l'une des formes les plus radicales d'une logique générale qui a pris, au fil des siècles, le contrôle de la vie spirituelle des musulmans du monde. Hélas !, la religion islamique entière se nourrit de violence.

Lire la suite...

dimanche 5 septembre 2010

FRANCE:un homme tabassé pour ne pas avoir respecté le ramadan!

Nous relayons l'information suivante:

Lyon : tabassé pour avoir bu un café pendant le ramadan

"Un musulman d'origine sénégalaise a été violemment pris à partie par plusieurs individus alors qu'il se trouvait en terrasse d'un bar. Deux semaines après les faits, il se trouve toujours hospitalisé.

Il déjeunait à la terrasse d'un restaurant du centre de Lyon, le week-end du 15 août, quand trois jeunes se sont jetés sur lui parce qu'il ne respectait pas le jeûne du ramadan. Ce père de famille d'origine sénégalaise, a été frappé à la tête avec une bouteille en verre, puis à coups de chaise. Transportée en urgence à l'hôpital, avec une fracture à l'arrière du crâne, la victime a dû être trépanée.

Un déchainement de violences sous prétexte qu'il ne respectait pas la «tradition». Un père de famille de 45 ans, résidant à Lyon, a été pris a partie par plusieurs individus alors qu'il buvait tranquillement un café en terrasse, a révélé mardi LePoint.fr. Motif : l'homme, un musulman d'origine sénégalaise, ne respectait pas la tradition du jeûne, normalement imposé par le ramadan qui a démarré le 11 août dernier.

Tout commence le vendredi 13 août. Hamara Diarra est tranquillement assis dans un café du centre-ville lorsqu'un homme vient le voir et lui reproche de ne pas respecter le ramadan en buvant un café avant la tombée du soleil. L'intéressé lui rétorque alors qu'il agit en fonction de ses croyances personnelles, rapporte un témoin de la scène. Une défense qui n'est pas du goût de son interlocuteur, qui appelle aussitôt en renfort «au moins trois amis», tous «d'origine maghrébine», indique la police.

Le quadragénaire est alors violemment agressé. Frappé violement à la tête, Hamara Diarra s'effondre sur le sol et est transféré d'urgence à l'hôpital. Deux semaines après son agression, il se trouve toujours hospitalisé et n'a pas pu être interrogé. Son état est jugé stationnaire."

Une autre agression à Toulouse

Les enquêteurs sont toujours à la recherche des individus. Car si l'agression a bien été filmée par une caméra de surveillance, la qualité d'image est trop mauvaise pour permettre de les identifier. Le parquet de Lyon a ouvert une enquête préliminaire et les enquêteurs ont lancé un appel à témoins. Le gérant du café pourrait décider de témoigner sous X, par peur de représailles.

Le recteur de la Grande mosquée de Lyon, Kamel Kabtane, a vivement condamné cette agression. Ces individus «ne sauraient se prévaloir de la pratique ou non du jeûne de Ramadhan», a-t-il indiqué dans un communiqué. «Cette agression n'est en aucun cas compatible avec les principes religieux que professe l'islam. La Mosquée de Lyon rappelle que la religion demeure de la responsabilité du musulman face à son créateur et que lui seul à le pouvoir de juger chacun d'entre nous pour ces actes et sa pratique religieuse. Nul homme n'a le pouvoir de se substituer à lui».

Le Point.fr fait part d'une autre agression du même type, survenue quelques jours plus tard à Toulouse. Une jeune femme a porté plainte après avoir été agressée dans une grande surface. Deux adolescents lui auraient violemment reproché d'acheter de la nourriture en plein ramadan. La jeune femme leur aurait alors expliqué être de confession juive, et non musulmane, ce qui n'a fait que redoubler l'agressivité des deux jeunes. Un vigile a assisté à la scène mais n'est pas intervenu. Interrogé par les enquêteurs sur les raisons de sa passivité, l'homme a indiqué qu'il respectait le ramadan et qu'il était donc pressé de partir «pour pouvoir s'alimenter, dès le coucher du soleil ».

Ben voyons! à quand les ambulanciers, les urgentistes et les pompiers qui se taillent vite fait (au coucher du soleil?) parce qu'ils ont une petite faim à satisfaire?

Sources: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/08/25/01016-20100825ARTFIG00349-lyon-tabasse-pour-avoir-bu-un-cafe-pendant-le-ramadan.php Par Flore Galaud 25/08/2010 | ou: http://www.lepoint.fr/societe/agresse-parce-qu-il-n-a-pas-respecte-le-ramadan-23-08-2010-1227824_23.php

mercredi 18 août 2010

AGIR d'URGENCE pour sauver une musulmane de l'horreur!

Des nouvelles d'Iran

Nous transmettons tel quel un appel urgent: "Libération" publie un appel d'intellectuels pour sauver cette femme iranienne condamnée à la peine capitale par lapidation par le régime. A lire aussi dans Libération en kiosque et dans leur zone abonnés lundi trois pages sur le sujet.

«Sakineh Mohammadi Ashtiani attendait dans la prison de Tabriz, dans l’ouest de l’Iran, où elle croupit depuis cinq ans, la réponse à une demande de réexamen de son cas –prévue, initialement, pour le 15 août.

L'amour, crime puni de mort!

Son “crime” (qu’elle n’a avoué, rappelons-le, que sous la torture et qui consisterait, selon ses accusateurs, à avoir eu deux relations amoureuses hors mariage) avait déjà été puni par 99 coups de fouet administrés en présence de l’un de ses deux enfants. Mais voilà qu’une nouvelle et nébuleuse accusation a débouché, il y a quelques mois, sur une condamnation à mort –et pas n’importe quelle mort puisqu’il devrait s’agir d’une mort par lapidation!

Lire la suite...

jeudi 12 août 2010

Au nom d'Allah

In naam van Allah, plus précisément....Ainsi commence la lettre anonyme menaçant de mort le préformateur Elio Di Rupo.

L'agence Belga a rapporté ce samedi 7 août 2010 que la rédaction de la chaîne privée flamande VTM a reçu une lettre de menaces visant Elio Di Rupo. La lettre fait notamment allusion à l’homosexualité du préformateur. La police fédérale, qui a dressé un procès-verbal, prend l’affaire au sérieux. Cette lettre débute par les mots "Au nom d'Allah" et se poursuit avec un texte selon lequel "dans un futur pays musulman comme la Belgique, un homosexuel ne peut en aucun cas devenir Premier ministre", ajoutant que "le pêcheur et homosexuel Di Rupo va mourir sous le sabre blanc".

in naam van Allah

Et voilà: les menaces de mort au nom d'Allah font leur entrée dans le fragile Royaume de Belgique, où nous le savons bien, "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil", même les islamistes. Ceci serait-il de nature à faire un peu réfléchir la famille socialiste sur les conséquences de sa politique laxiste à l'égard des extrémistes? ou bien faudra-t-il vraiment des passages à l'acte? espérons que non...espérons que nous ne permettrons pas le remake des scénarios "Théo Van Gogh et Pim Fortuyn" perpétrés chez nos voisins du Nord. Puisse le réalisme et la compréhension de l'imminence du danger l'emporter la naïveté et l'électoralisme.

Plus sur: http://www.deredactie.be/cm/vrtnieuws.francais/infos/100807_LettreMenaceDiRupo web de FLANDREINFO.BE

Note du traducteur sansdieu: il eut fallu écrire dans un "futur" pays musulman....pour être fidèle au texte original (en néerlandais)

mercredi 23 juin 2010

Guerre de minarets en Irak

Rédigé par Guillaume

La chute de Saddam Hussein n’a pas amélioré la situation des citoyens en Irak. Les terroristes islamiques tuent quotidiennement des dizaines d’Irakiens musulmans, hommes, femmes et enfants sans oublier les innombrables blessés et handicapés à vie. Etre candidat pour l’armée ou la police est presque synonyme de mort, alors que ce pays a besoin d’une armée et d’une police bien structurées et efficaces si les Irakiens veulent revivre dans un pays où règne un minimum de sécurité. Ces attentats ne tuent pas uniquement les candidats à des fonctions publiques, mais aussi d’autres citoyens musulmans sous des prétextes divers. Allah et son prophète sont constamment appelés à la rescousse pour convaincre les kamikazes de se faire sauter à la bombe.

Jamais on ne voit un « imam » se porter ainsi candidat au suicide! Il est temps que les djihadistes se demandent pourquoi aucun imam ne veut les accompagner au paradis ? On ne peut pas comprendre que des musulmans irakiens s’entretuent ainsi puisqu’il ne s’agit pas d’infidèles ou de mécréants que le Coran incite à tuer dans de nombreux versets, mais bien de bons musulmans qui prient cinq fois par jour et se rendent à la mosquée chiite ou sunnite. La mosquée d’or chiite a été détruite par les sunnites. Les chiites ont à leur tour détruit des mosquées sunnites. Il n’y a pas une manifestation mondiale des musulmans alors que ce sont de bons musulmans qui S’ENTRETUENT ET DETRUISENT LEUR PROPRE PATRIMOINE HISTORIQUE.

Lire la suite...

samedi 10 avril 2010

L’homophobie islamique importée à Bruxelles

Le Soir du 30 mars nous relate un fait de violences commis le 13 mars (pourquoi avoir attendu si longtemps ?) dans le métro de Bruxelles, à l’encontre de deux homosexuels au teint méditerranéen, par 3 jeunes « Maroxellois » ( !)
L’agression était très clairement homophobe et fut très violente. Une hospitalisation fut nécessaire ; un PV dressé avec « promesse » par la police « de visionner les caméras de surveillance ».
Les réactions des deux victimes, sont curieuses. Au lieu de se plaindre et de regretter cette violence primaire, bestiale, ils cherchent des références dans le Coran !
« Nous sommes supposés vivre dans un pays libre (ndlr : ils ont tous deux le statut de réfugié), en toute sécurité. Je suis d’autant plus choqué que je suis musulman. … Il n’est écrit nulle part dans le Coran que l’on peut injurier et frapper… »
Faut-il en déduire qu’au cas où le Coran ne l’aurait pas défendue, l’agression eût été justifiée ??? Et pourquoi cette référence au Coran en Belgique où les lois ne sont pas (encore) dictées par Allah ?

@ston martin

mardi 6 avril 2010

Deux camps

Nous relayons une information donnée par « Les Résistants » (les@resistants.info).

Fin mars, une députée a été gravement injuriée sur le Net par des blogueurs sans scrupules. Ceux-ci ont déversé un torrent d'infâmies sur Madame Fatoumata Sidibe, ancienne présidente de Ni Putes, ni Soumise Belgique, et actuellement députée bruxelloise. Son « crime » ? Le mardi 23 mars, Fatoumata Sidibé a publié un long – et excellent - texte dans le quotidien Le Soir, intitulé « Le voile est le symbole d’un projet politique totalitaire ».

Sans doute incapables d'argumenter de façon civilisée, et encore moins de façon intelligente, les "islamo-gauchistes-communautaristes" de ce site (pour lequel nous refusons de faire une quelconque publicité!), ont accumulé des propos franchement haineux et racistes à son encontre (la traitant notamment de"bougnoule", de "nègre domestique" et de "bounty").

Mais au fond: ce n'est pas interdit par la loi, ça, l'incitation à la haine raciale?

Madame Sidibe a exigé le retrait du billet injurieux...qui fut aussitôt suivi par un autre, un peu plus prudent mais certainement ni moins bête ni moins grossier...et renvoyant par lien internet au texte litigieux. A ce jour, 6/4/2010, il s'y trouve encore.

Clairement, il y a deux "camps" chez les blogueurs. Celui de ceux qui critiquent des idées et des comportements avec des arguments, de la logique, de l'humour...et celui de ceux qui attaquent des personnes par leur haine, leurs injures et leurs menaces. Chacun choisit son camp.

deux camps

mercredi 24 mars 2010

Le satyre et la putain

Tous des vipères lubriques ?

Il m’arrive de me promener en bord de mer en compagnie d’un adorable vieux monsieur (le terme « vieux » est une marque d’affection) que sa carrière d’avocat a rempli de sagesse, mais aussi d’humour. J’aime ces promenades iodées, le regard va de l’infini de l’horizon à l’incessante agonie des vaguelettes : cela porte à la réflexion ! Il nous arrive de croiser l’une ou l’autre femme voilée. Plus ou moins, mais voilées quand même. Et mon ami me dit, mi-amusé, mi-irrité : « ah ! Je ne sais pas si je dois être flatté qu’à mon âge cette dame me croie encore capable d’assauts sexuels ! En fait, je me sens plutôt insulté qu’elle me soupçonne de ne pouvoir refréner mes pulsions libidineuses à la simple vue d’une chevelure féminine ! Nous ne sommes pas des sauvages ! Que dans certaines contrées du globe, les femmes aient à se garder de l’agressivité sexuelle mâle, c’est bien possible. Mais dans nos pays un tant soit peu civilisés, non quand même … Si on le lui disait ? Peut-être enlèverait-elle cet horrible voile et nous lui aurions donné le bonheur de sentir ses cheveux libres au vent marin … »

satyre

Et moi, une vieille pute

Vous êtes offensé, mon cher ami ? Mais moi aussi. Cette dame qui porte le voile, par pudeur entend-t-on dire, m’accuse implicitement d’être impudique. Ou d’intentions condamnables. Et parfois très explicitement. Oui, oui : cela se passait en 2004 par un beau dimanche ensoleillé de juin. Mon mari et moi revenions du bureau de vote par une rue piétonne calme et paisible. Nous dépassâmes un couple et une petite fille : la femme était voilée, la fillette, adorable, gambadait à côté de sa poussette vide. En les dépassant je ne pus m’empêcher de confier ma tristesse à mon mari : « pauvre petite fille qui va devoir porter le voile plus tard ». Là-dessus l’homme nous rejoint, se plante devant moi : « Tu as des problèmes ? ». Je le rassurai tout en lui faisant remarquer que son tutoiement n’était pas de mise. Et nous continuons notre route. A un carrefour, ils nous perdent de vue. Mais quelques minutes plus tard, la fillette replacée en poussette, ils nous retrouvent. La femme s’élance vers moi, me rattrape et saisit méchamment mon t-shirt, en hurlant « sale pute, vieille pute, c’est ta mort ». Mon mari est terrorisé, je n’en mène pas large non plus. Et puis, ôh chance ! Le trottoir en face abrite deux pubs, l’un anglais, l’autre irlandais avec des très joyeux buveurs de bières fortes en terrasse. « My goodness ! De la castagne, on va se défouler (trad.libre) ! ». Ils traversent la rue en roulant des mécaniques. Comme dans les films … Inutile de dire que femme voilée, poussette et mari ont décampé, vite fait. Que se serait-il passé sans l’intervention de ces buveurs de bière ? Je n’en sais rien. Que faire devant la violence ? Pendant tous ces moments, je me suis sentie dans la peau d’un Juif des années 30, insulté et pris à partie par un nazi ...

@ston martin

samedi 13 février 2010

Leçons du procès intenté à Geert Wilders aux Pays Bas

Depuis des siècles les Pays-Bas ont été un exemple de tolérance. En quelques années cette tradition séculaire a été remise en cause sous la pression des adeptes du Coran.

Lire la suite...

Huis clos pour Wilders

Aux Pays Bas, le procès intenté à Geert Wilders se déroulera à huis-clos. Ainsi en a décidé le tribunal à la demande du Procureur. Motif? : Crainte de troubles. Voilà où l'on en est déjà. Un procès qui concerne l'expression publique d'opinion, soustrait au regard de l'opinion publique ! Une fois de plus on cane et on ravale les principes libéraux. Normalement un tel procès doit être public et si l'on craint des troubles et que la police risque d'être dépassée pour le maintien de l'ordre, on fait appel à l'armée. Dans un Etat de Droit, force doit rester à la loi, coûte que coûte. C'est un principe avec lequel on ne peut transiger. Mais voilà: la peur de l'Islam est le commencement de la faiblesse.