Actuellement la mode de la mini-jupe ne connaît plus un grand succès, mais lorsqu’il faut chaud une minorité de filles qui sont belles en profitent. Cela prouve le caractère provisoire de la mode. Pour toutes les religions le sexe est tabou. Les sectes exigent que la sexualité reste cachée, parce que la sexualité est traitée comme une maladie dans les religions monothéistes. Les religions culpabilisent la sexualité, comme une chose infâme, malsaine. Nous sommes arrivés à lever tous ces tabous. Mais l’islam veut les rétablir et imposer à la femme musulmane ici en Europe et ailleurs, l’image de la femme-esclave, telles qu’on la voit, dans les républiques islamiques. Les islamistes veulent que la femme musulmane s’habille comme au 7ième siècle de notre ère et comme le voulait Mohammed, le polygame, dans son harem. La femme musulmane n’a pas le droit de suivre la mode. Sa mode s’arrête au 7ième siècle de notre ère. Pourquoi les musulmans profitent de tous les progrès tels que la médecine, l’avion, l’informatique, la voiture, etc., mais refusent-ils à la femme de vivre selon la mode du 21ième siècle?

C’est totalement aberrant et inquiétant parce que cela prouve que via la femme on rejette notre mode de vie, notre culture, notre civilisation occidentale. La femme musulmane ne peut s’intégrer harmonieusement dans notre société et son « uniforme politico-religieux » est l’instrument de la politique islamique pour exhiber le refus d’intégration, le refus d’appartenir à la « société européenne » Tout homme civilisé, tout humaniste, est choqué, offensé, indigné, écœuré, scandalisé et révolté lorsqu’il est confronté dans la rue à ces femmes burquaïsées, niqabées, tchadorisées, et nous ne pouvons que confirmer ce que Chahdortt Djavann a dit à ce propos : Chahdortt Djavann, qui a porté le voile pendant 10 ans, s’insurge dans « Bas les Voiles » contre les politiciens qui ne font rien pour empêcher qu’on force les fillettes traitées comme des objets sexuels, à se murer dans une prison ambulante pour montrer leur infériorité face à l’homme dès leur prime jeunesse et précise que les mutilations psychologiques et morales sont des mutilations sexuelles ; tout comme les mutilations sexuelles sont également des mutilations psychologiques et morales L’islam veut que toutes les femmes soient habillées de façon identique, généralement dans un vêtement noir, qui couvre tout le corps y compris la tête. La femme musulmane ne peut exhiber aucun atout féminin, elle ne peut suivre aucune mode, si ce n’est celle de Mohamed du 7ième siècle, et cette mode doit rester invariable « ad vitam aeternam ». La mini-jupe c’est saisonnier et il n’y a qu’un petit nombre de jeunes femmes qui la portent et tout à fait volontairement, tandis que l’uniforme politico-religieux est un costume que la femme musulmane doit porter de siècle en siècle, comme une « damnée de la terre » qui ne peut avoir aucun plaisir de montrer qu’elle est femme, qu’elle est belle. La femme musulmane dans son « uniforme politico-religieux » est anonyme, uniforme, dépersonnalisée, déshumanisée, et infériorisée. C’est intolérable et met en danger la liberté et l’égalité des autres femmes. La femme musulmane doit montrer qu’elle est soumise à l’islam, qu’elle s’oppose à l’occident comme femme pure face à l’impure, qu’elle ne veut pas communiquer ni avec un autre homme ni avec une autre femme dans la rue, parce que son accoutrement islamique la soustrait à son environnement, elle est cachée dans sa prison « ambulante », elle est un fantôme qui fait peur aux enfants.

Le voile, la burqua, le niqab, c’est le refus de l’intégration dans la société européenne. L’islam se sert des femmes dans un but politique. Ces femmes ne peuvent qu’être à charge de l’assistance publique, parce qu’aucun patron ne peut les engager ainsi, elles font peur aux enfants avec ces vêtements noirs qui font penser à une « sorcière » telle qu’on en trouve dans les contes pour enfants. On ne peut tolérer que ces femmes parviennent à se soustraire au travail et vivent à charge de la communauté, parce qu’elles se mettent dans une situation qui empêche de les engager à cause de leur tenue vestimentaire (burqa, niqab, etc.) Celui qui se met volontairement et sciemment en dehors de la société dans laquelle il vit, ne peut réclamer l’aide de cette société. Il n’en va pas de même avec uniforme politico-religieux islamique, imposé aux femmes et aux filles à partir 6 ou 7 ans et qui crée une femme esclave musulmane en Europe, qui vit en dehors de la société européenne, qui la rejette. Les musulmanes burquaïsées bafouent la Déclaration universelle des Droits de l’homme qui impose l’égalité entre tous les hommes et les femmes, par son comportement d’esclave musulmane, exhibé publiquement, C’est inacceptable et inqualifiable.

Personne ici ne songe à interdire la mode, mais enfermer les femmes de façon uniformisées dans le même voile dans un but politico-religieux, n’a rien à voir avec la mode, mais bien avec la politique islamique. Ces femmes intégristes doivent s’opposer à l’occident, pour montrer qu’elles n’appartiennent qu’à « la oumma », qu’elles sont des êtres soumis, face à leur mari, ce qui est une insulte à toutes les femmes libres, une insulte à la dignité de la femme, et à son égalité avec l’homme. C’est une violation de la Déclaration universelle des droits de l’homme, qui dit que tous les êtres humains sont égaux. C’est aussi une atteinte à la démocratie, qui ne se conçoit que dans l’égalité des sexes. Toutes choses que l’islam refuse à la femme musulmane, qu’il veut emmurer, qu’ile veut domestiquer et soumettre à l’homme ainsi qu'à sa religion totalitaire.

L’Union européenne est basée sur l’égalité des sexes, confirmé par de nombreux traités internationaux et par les lois nationales et pénales. On ne peut autoriser deux sortes de femmes en Europe, celles qui bénéficient de l’égalité entre hommes et femmes, et celles qui en seraient exclues, les musulmanes. Il faut donc légiférer, et le faire vite, par une disposition générale qui met fin à cette situation.

Guillaume