Sans Dieu C'est Mieux

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 5 avril 2011

Préliminaires au débat

On sort perplexe de la lecture d’une « carte blanche » publiée dans « LE SOIR »du mardi 5 avril. L’article signé par « le groupe de travail neutralité..be »( traite du Port du voile intégral. Suivent des considérations sur le vote à la Chambre de l’interdiction du port du voile intégral dans l’espace public.

Lire la suite...

dimanche 20 juin 2010

Les islamistes tentent de justifier la burqua

en invoquant que les filles européennes peuvent porter la mini-jupe!!

Par Guillaume.

Je constate souvent que les islamistes comparent le voile, le niqab, la burqa à la mini-jupe pour justifier que la femme musulmane soit burquaïsée ou niqabée. Il n’y a aucune comparaison possible entre les deux vêtements, l’un étant une jupe courte d’une mode passagère que les religieux puritains musulmans rejettent et l’autre un costume islamique imposé par la charia vestimentaire, que nous allons mieux préciser ci-après. Qui n’aime pas de voir les belles jambes d’une jeune femme, il n’y a rien de répréhensible à cela. Aucun homme normal ne va agresser une femme, parce qu’elle porte une mini-jupe. Tout musulman équilibré ne peut que penser la même chose, et il n’y a que les hommes fanatisés par le Coran, qui ont des problèmes avec la sexualité et veulent cacher leur femme pour la soustraire à la vue de tout le monde.

Voici pourquoi on n'a pas à comparer la mini-jupe avec la burqua, le niqab, le voile islamique en général. La mini-jupe est une mode anglaise, lancée en 1962 par la styliste Mary Quant. La minijupe (ou mini-jupe ou jupette) est une jupe très courte, droite ou plissée, dont la longueur ne doit pas excéder 10 cm sous les fesses pour mériter cette appellation. (Sophie George - Wikipedia.) La mode est passagère, donc la mini-jupe aussi. Elle a comme but de permettre à la femme de s’embellir, de se distinguer d’une autre femme. Elle permet à la femme de choisir selon son goût, selon sa personnalité, selon son corps. La mode change chaque année, elle ne dépend ni d’une loi, ni d’un livre saint, comme la Bible ou le Coran. La mini-jupe permet aux femmes qui sont belles et jeunes de montrer qu’elles sont de belles jambes et cela n’a en soi rien de répréhensible, personne ne l’impose. Cette mode n’a rien à voir avec la politique ni avec la religion. Cette mode n’a absolument rien d’humiliant ni de contraignant pour la femme, elle se sert de son libre arbitre, de sa beauté, de ses atouts, pour suivre la mode ou ne pas la suivre, pour porter la mini-jupe ou ne pas la porter. C’est tout à fait normal. Le religieux puritain n’est pas obligé de regarder ses belles jambes, mais tout le monde sait qu’ils ne s’en privent pas. C’est comme les curés à qui on interdit le sexe, mais ils ne s’en privent pas non plus.

Lire la suite...

vendredi 21 mai 2010

L’étoile jaune des femmes

Le site « Riposte Laïque, reprend les propos de Fadela Amara, sur le plateau de l’émission "On n’est pas couchés" : "Entre le voile et la burqa, il n’y a que quelques centimètres de différence, mais la symbolique est la même".

Chahdortt Djavann, romancière iranienne, dit que "le voile est l’étoile jaune de la condition féminine". Dans une interview accordée à notre journal, Ann Pak, autre féministe iranienne, disait : "De même que les nazis marquaient les juifs d’une étoile jaune, les islamistes, eux, ont marqué les femmes d’une nouvelle toile noire : le voile. De la sorte, ils les ont enfermées dans une prison déambulante, les ont rendues invisibles, ont nié leur existence en tant qu’êtres humains tout comme les nazis avaient hier nié l’existence des juifs également en tant qu’êtres humains".

Ce parallélisme entre la condition faite aux Juifs par les nazis et celle des femmes par le coran, peut paraître excessive mais est cependant correcte : pour les uns comme pour l’autre, ce sont des « untermenschen », c’est-à-dire des citoyens de seconde zone, ne possédant pas les mêmes droits civils que les autres.

@ston martin

lundi 10 mai 2010

La femme du Président n’est ni étudiante ni fonctionnaire.

« Métro » nous apprend (30/04/2010) qu’un procureur d’Ankara a rejeté un recours qui visait à interdire le port du voile à la femme du Président turc, dans les sorties officielles. En Turquie la loi interdit le port du voile aux étudiantes et aux fonctionnaires.

Si la femme d’un président n’a aucun rôle politique, il n’en est certainement pas de même si elle accompagne son mari dans des sorties officielles, où le couple présidentiel est censé représenter tout le pays. Et ses lois. Il ne serait donc certainement pas abusif d’assimiler sa prestation à celle d’un fonctionnaire …

Et pourtant …

Le voile de la femme du Président en a déjà dérangé plus d’un. Mais sans doute faut-il y voir un signe du Président lui-même, à l’adresse des Musulmans de son pays ?

Cela n’aurait rien d’étonnant de la part de celui qui disait dans son discours d’investiture en 1999 : « les minarets sont des baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées nos casernes et les croyants nos soldats ». A bon entendeur, salut ! @ston martin

dimanche 9 mai 2010

Dignité ? Vous avez dit « dignité » ?

Dans l’affaire du voile, le recours à la notion de dignité que l’on retrouve souvent invoquée par les défenseurs du voile, est particulièrement judicieuse et certainement pas mentionnée par hasard. En effet, la Déclaration Islamique des Droits de l’Homme publiée au Caire en 1993, stipule bien que les hommes et femmes sont égaux en dignité. Mais certainement pas en droit, puisque ce fut la raison invoquée par les pays musulmans pour ne pas ratifier la Déclaration Universelle !

@ston martin

dignité

lundi 3 mai 2010

Le voile n’est pas religieux, il est SEXISTE !

« Il enferme la femme dans une prison mobile »

Cette excellente justification de l’interdiction du voile intégral, nous est donnée par Silvana Koch-Mehrin, vice-présidente du Parlement européen et chef de file des libéraux (FDP) allemands. Sarkozy avait, lui aussi, utilisé l’argument de l’indignité de cette tenue réservée aux femmes. Dans notre pays, la justification – très hypocrite, hélas ! – fut celle de la sécurité. Bon, la loi a été votée et même à l’unanimité. Mais on eût préféré qu’elle stigmatise l’avilissant asservissement de la femme, réduite à un fantôme sans existence dans l’espace public. Voilà ce qui révolte tous les tenants de l’égalité hommes-femmes ! Pour en revenir à Madame Silvana Koch-Mehrin, elle a appelé dimanche 2 mai dernier, à l’interdiction du port du voile islamique intégral dans TOUTE l’Union Européenne. Pour elle « la burqa constitue une attaque contre les droits des femmes, c’est une prison mobile ». (Information du Soir du 3 mai 2010) Merci Madame Koch-Mehrin ! Rappelons que ce que l’on appelle gentiment « foulard », n’en est pas un mais est un voile ! C’est Raffarin qui, du temps où il était Premier Ministre, a fait la distinction : « le foulard, qu’il soit d’Hermès ou de Taty (nous dirions « Veritas » ?) est un instrument de coquetterie. Le voile est tout juste le contraire ! » Lui aussi est une négation complète du droit de la femme à être femme ! Elle est ramenée à un objet sexuel à la disposition exclusive du mari ! Marquage sexiste tout aussi indigne ! @ston martin

lundi 12 avril 2010

Dénoncer l’intolérable misogynie dont les religions font preuve.

Nombre de nos concitoyens croient bien faire en ne s'opposant pas au retour en force des revendications religieuses...ou du moins pensent-ils ne pas mal faire. Entre l'égalité Hommes/Femmes et la liberté de suivre toute directive religieuse (aussi absurde soit-elle) ceux-là n'hésitent pas...et s'aveuglent sur la prétendue liberté des femmes à vouloir se plier aux diktats misogynes de leurs leaders religieux...

Pourtant, ils coopèrent à un terrible recul de civilisation.

Certains intellectuels, heureusement, ne participent pas à cet aveuglement, et dénoncent la manipulation qui est à l'oeuvre. Nous ne résistons pas au plaisir de vous inviter à lire la savoureuse note en ce sens d'Yvon Toussaint dans "Contrepied",du Journal Le Soir du 9 avril: "Ecrasons la femme!".

Nous en livrons quelques extraits:

"Le clergé, voilà l’ennemi ! Ou du moins ces clergés fondamentalistes, brandissant la Croix ou le Croissant, qui devraient être l’ennemi commun de tous les progressismes

"Certes, il faut convenir que toutes les religions ne nous menacent pas également, ici et maintenant. La faculté de pouvoir discriminer les femmes, de les humilier, les clôturer, les infantiliser, les mutiler, dépend de l’histoire ou de la géographie, comme d’un certain nombre d’égarements et de perversions mentales propres à tel ou tel culte."

"En vérité je vous le dis, les deux branches de la pieuse tenaille qui menacent nos filles et nos compagnes, sont une minorité d’islamistes emportée par un élan prosélyte et un catholicisme revanchard qui pourrait se croire en situation de rependre du poil de la bête. Comment ne pas admettre,par simple honnêteté intellectuelle,que le signe que constitue le port d’un voile – et a fortiori celui d’une burqa – renvoie à une symbolique oh combien explicite : celle d’une soumission de la femme à l’homme, d’une culture ségrégationniste, d’un ensevelissement ?"

Oui...merci Monsieur Toussaint; puissiez vous être entendu. Car l'Europe d'aujourd'hui, faute aux bruyants "walkmans" ou non, compte à ce jour bien des malentendants...

Lire en entier le texte d'Yvon Toussaint: http://archives.lesoir.be/contrepieds-ecrasons-la-femme-_t-20100409-00VDAR.html

jeudi 25 mars 2010

Les « Pro voile » manifestent dans la confusion des genres

Le Mouvement pour les Droits Fondamentaux (MDF) invite à participer à une grande manifestation contre l’interdiction du port du voile islamique dans les écoles et les administrations publiques

Doivent participer en principe à ce rassemblement, les associations suivantes : Baas over eigen hoofd (BOEH), Collectif féministe interculturel et laïc (CFIL),Egalité, Jeunes anti-capitalistes, (JAC), Ligue communiste révolutionnaire - ,socialistische arbeiders partij (LCR – SAP), MOC-Bruxelles, Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie (MRAX), Steunpunt allochtone meisjes en vrouwen (SAMV), Vrouwen Overleg Komitee (VOK). Un bien curieux rassemblement si l’on veut bien prendre conscience des contradictions fondamentales qui séparent ces groupements. On dira : « justement, ça prouve que les citoyens de toutes opinions se prononcent pour le port du voile partout ! ». Dans quelle belle confusion de « pensée » ?

Lire la suite...

mercredi 24 mars 2010

Le satyre et la putain

Tous des vipères lubriques ?

Il m’arrive de me promener en bord de mer en compagnie d’un adorable vieux monsieur (le terme « vieux » est une marque d’affection) que sa carrière d’avocat a rempli de sagesse, mais aussi d’humour. J’aime ces promenades iodées, le regard va de l’infini de l’horizon à l’incessante agonie des vaguelettes : cela porte à la réflexion ! Il nous arrive de croiser l’une ou l’autre femme voilée. Plus ou moins, mais voilées quand même. Et mon ami me dit, mi-amusé, mi-irrité : « ah ! Je ne sais pas si je dois être flatté qu’à mon âge cette dame me croie encore capable d’assauts sexuels ! En fait, je me sens plutôt insulté qu’elle me soupçonne de ne pouvoir refréner mes pulsions libidineuses à la simple vue d’une chevelure féminine ! Nous ne sommes pas des sauvages ! Que dans certaines contrées du globe, les femmes aient à se garder de l’agressivité sexuelle mâle, c’est bien possible. Mais dans nos pays un tant soit peu civilisés, non quand même … Si on le lui disait ? Peut-être enlèverait-elle cet horrible voile et nous lui aurions donné le bonheur de sentir ses cheveux libres au vent marin … »

satyre

Et moi, une vieille pute

Vous êtes offensé, mon cher ami ? Mais moi aussi. Cette dame qui porte le voile, par pudeur entend-t-on dire, m’accuse implicitement d’être impudique. Ou d’intentions condamnables. Et parfois très explicitement. Oui, oui : cela se passait en 2004 par un beau dimanche ensoleillé de juin. Mon mari et moi revenions du bureau de vote par une rue piétonne calme et paisible. Nous dépassâmes un couple et une petite fille : la femme était voilée, la fillette, adorable, gambadait à côté de sa poussette vide. En les dépassant je ne pus m’empêcher de confier ma tristesse à mon mari : « pauvre petite fille qui va devoir porter le voile plus tard ». Là-dessus l’homme nous rejoint, se plante devant moi : « Tu as des problèmes ? ». Je le rassurai tout en lui faisant remarquer que son tutoiement n’était pas de mise. Et nous continuons notre route. A un carrefour, ils nous perdent de vue. Mais quelques minutes plus tard, la fillette replacée en poussette, ils nous retrouvent. La femme s’élance vers moi, me rattrape et saisit méchamment mon t-shirt, en hurlant « sale pute, vieille pute, c’est ta mort ». Mon mari est terrorisé, je n’en mène pas large non plus. Et puis, ôh chance ! Le trottoir en face abrite deux pubs, l’un anglais, l’autre irlandais avec des très joyeux buveurs de bières fortes en terrasse. « My goodness ! De la castagne, on va se défouler (trad.libre) ! ». Ils traversent la rue en roulant des mécaniques. Comme dans les films … Inutile de dire que femme voilée, poussette et mari ont décampé, vite fait. Que se serait-il passé sans l’intervention de ces buveurs de bière ? Je n’en sais rien. Que faire devant la violence ? Pendant tous ces moments, je me suis sentie dans la peau d’un Juif des années 30, insulté et pris à partie par un nazi ...

@ston martin

mardi 16 mars 2010

La paille et la poutre

Nous relayons la lettre ouverte adressée aux deux co-présidents d'Ecolo par Claude Demelenne (Coordinateur du Collectif Vigilance Citoyenne) suite à l’interview accordée par Fatima Zibouh dans le journal bruxellois Le Soir du samedi 13 mars 2009

Madame la co-présidente
Monsieur le co-président
L’interview de Madame Fatima Zibouh, dans l’édition du Soir de ce 13 mars, a retenu l’attention du collectif « Vigilance Citoyenne », que je coordonne. Nommée, sur proposition d’Ecolo, membre suppléante du conseil d’administration du Centre pour l’Egalité des chances et la lutte contre le racisme, Madame Fatima Zibouh formule, dans cette interview, des accusations qui nous semblent peu compatibles avec ses nouvelles fonctions. La mise en cause par Madame Zibouh de « ceux qui développent tout un discours contre leur communauté » est particulièrement choquante. Parlons clairement : un membre du C.A. du Centre pour l’Egalité des chances pointe du doigt les « mauvais musulmans » !

Lire la suite...

Chronique d’un jugement annoncé

Nous relayons le Communiqué de Presse du CAL (12/3/2010) réagissant à "l'affaire de la Prof de Maths voilée" de Charleroi.

Ça devait arriver. A force d’écarter, de repousser sans cesse le débat sur l’impartialité des services publics et de l’enseignement en particulier, les magistrats se substituent à l’État de droit pour faire valoir l’intérêt partisan au détriment de l’intérêt commun. Et les juges, désarmés faute d’une loi-cadre affirmant clairement ce qui relève du bon sens, finissent par tomber dans le piège qui leur est tendu.

L’affaire de l’enseignante voilée à Charleroi donne raison, de façon éclatante, à ceux qui, le Centre d’Action Laïque en tête, réclament depuis des mois que l’on légifère clairement sur cette question. Car, à force de détricoter les décrets pour leur faire dire par la lettre le contraire de ce qu’en signifie clairement l’esprit, chacun pourra désormais rendre inopérante une loi qui ne lui convient pas. Les lois sont censées gérer le bien commun et non favoriser les intérêts particuliers.

Lire la suite...

lundi 15 mars 2010

En 1970 j’étais prof, je fumais et je portais des jeans.

C’est vrai. Et je râlais de ne pas pouvoir fumer en classe. Je râlais aussi parce qu’on n’admettait pas que je donne cours en jeans. Bon, je râlais. Mais je n’aurais jamais eu l’idée de m’adresser à la justice pour faire valoir mon droit à pratiquer ma toxicomanie en classe (on n’employait pas ce mot à ce moment-là !) ou à mon inclinaison pour le western …

D’ailleurs, je n’avais pas le fric pour me payer un avocat. Et je l’aurais eu, et que ce fût un avocat sérieux (si, si, çà existe) il m’aurait envoyé faire l’en laire. Alors, je m’interroge sur toutes ces femmes qui revendiquent le voile (signe de leur indignité) et qui s’adressent à la justice belge : quelle combativité pour proclamer leur subordination ! Et avec quel argent ? ne tente-t-on pas de culpabiliser l’opinion belge en insistant sur la précarité de leur condition sociale et matérielle ?

A moins qu’il s’agisse de l’argent des hommes...seuls vrais bénéficiaires de la manoeuvre ?
Rédigé par : @ston martin

dimanche 14 mars 2010

Pour qui roule France 3 ?

De l’intérêt d’être en quête d’érudition via « Questions pour un champion » !
Etant une fana de l’émission de Julien Lepers, je tombe automatiquement tous les samedis sur l’émission qui la suit : l’« Avenue de l’Europe », sensée nous éclairer sur la manière dont un problème donné est traité dans les différents pays européens. Ce n’est pas sans intérêt … Mais …

Sur ces quelques dernières semaines, nous avons eu droit au 3ème reportage (ce samedi 13 mars) filmé dans la même école de la banlieue de Stockholm. Oui, 3 reportages montrant la même directrice et des fillettes voilées. Nous assurant qu’il n’y a aucun problème à ce que ces petites filles – manifestement en âge d’école primaire – soient voilées. Pour le 3ème passage de ce reportage, un journaliste suédois en poste à Paris fut appelé à la rescousse pour s’étonner que le voile fasse débat en France.

Silence total par contre sur une des conséquences de cette acceptation du voile, pour les filles qui ne le portent pas. Car depuis 2006, les viols collectifs sur des jeunes filles en minijupe ou ne portant pas de voile sont monnaie courante et dénoncés dans la presse internationale.
Pas toute la presse, néanmoins.
Alors que de grands magazines français en parlaient, Libération se taisait.
Encore toujours cette crainte de « stigmatiser une communauté » et tant pis pour les femmes qui sont victimes de la simple affirmation de leur féminité.
Rédigé par : @ston martin

samedi 13 mars 2010

Le voile n’est pas un foulard

Joli lapsus de François de Brigode mercredi dernier 10 mars en présentant un des deux thèmes de l’émission « Questions à la Une » : il s’agissait du jeu du foulard. Mais François de Brigode l’annonce comme étant « le jeu du voile » !!!

Eh oui, François, à force de mélanger les torchons et les serviettes -pardon! les voiles et les foulards, on finit par s'y prendre les pieds! Et c'est que le mélange n'est pas innocent... Le foulard, c’est tellement plus anodin. Mais comme le disait déjà Raffarin (çà date !) : « le foulard qu’il soit de Taty (nous dirions Veritas) ou d’Hermès, c’est un instrument de coquetterie. Le voile c’est juste le contraire. »

Rédigé par : @ston martin

vendredi 5 mars 2010

Encore une fois du n'importe quoi, Monsieur Gutierrez

zweid1

L’article du Soir (20/2/2010) intitulé par Ricardo Gutierrez “Le port du voile dérange moins de 10% des Belges“offre un exemple -désolant pour la qualité de l'information délivrée par ce journal- de commentaire partial et manipulateur à propos d'un simulacre d'enquête scientifique. Analyse point par point par Frank Sweijd.

Lire la suite: en annexe

samedi 27 février 2010

Lettre ouverte à Ozdemir

Les symboles religieux du militantisme islamiste introduits au parlement bruxellois, par Mahinur Ozdémir, nuisent à la sauvegarde d’un pays démocratique.

Madame la parlementaire, L’islam nous apprend que le voile et le foulard islamique symbolisent la pudeur, la soumission à Allah et l’appartenance à la communauté musulmane (1). Conformément à cette doctrine, islamique, vous avez prêté serment au parlement bruxellois le 23.6.2009, revêtue de votre foulard islamique politico-religieux, symbole de l’obscurantisme religieux, symbole de l’infériorité de la femme (2), de l’oppression de la femme, de la soumission de la femme, de la communautarisation religieuse, du rejet de la communauté belge et européenne, du rejet de la démocratie. Vous avez voulu montrer que vous n’êtes pas une citoyenne parmi les citoyens, une parlementaire parmi les parlementaires, mais une militante islamiste, exhibant par des signes extérieurs ostentatoires, que vous faites partie de l’oumma, qui est la meilleure communauté, qu'on ait fait surgir pour les hommes, selon le Coran. L’iman, Nordine Taoui, président du Conseil musulman, n’a-t-il pas déclaré que « le «sang musulman est le meilleur du monde (3). On sait aussi que l’islam veut mettre fin à la laïcité, à la démocratie, partout dans le monde, et que la laïcité est qualifiée de vaine, improductive et paralysante sur Oumma. Com (4) Vous montrez ostensiblement, à l’aide du foulard politico-religieux islamique, que l’islam prime sur la «Res publica, la chose publique» que la loi divine prime sur les lois du parlement, que l’appartenance à la communauté musulmane, l’emporte sur la communauté belge ou européenne. Vous représentez au parlement bruxellois, la communauté musulmane, dont vous portez ostentatoirement le drapeau islamique, mais pas tous les citoyens. Le parlementaire est le représentant du peuple tout entier et pas uniquement de la communauté musulmane. Tout le monde n’est pas encore musulman, Mme Ozdémir. Tout parlementaire, digne de ce nom, ne porte pas des signes religieux, s’il comprend bien le mot « démocratie » et ne le confond pas avec « théocratie ». Vous confondez le parlement et la mosquée...

Par Guillaume

Lire la suite: en annexe

samedi 20 février 2010

Une enquête du "SOIR" à côté de la question

Le journal « LE SOIR » publie dans son édition des 20 et 21 février en première page, le résultat d’un sondage sous le titre : « Le port du voile dérange moins de 10% des Belges. » Frappant ! Mais il est malheureux d’avoir fait, à grands frais, une enquête totalement inutile dont les résultats étaient parfaitement prévisibles…dès le moment où les questions étaient posées exclusivement sur le plan religieux.

Lire la suite...

mardi 16 février 2010

Tiens, tiens! Quelle surprise !

Des amis reviennent d'un voyage en Inde. Ils sont ravis de leur rencontre avec une partie discrète mais importante de l'humanité. L'Inde ? La sensualité sans complexes du Kamasutra, le polythéisme tolérant, le berceau du bouddhisme paisible.

Lire la suite...

lundi 8 février 2010

Zut et flûte

Zut !

Je ne suis pas né Musulman ! Sinon j’aurais droit à une double nationalité, à quatre femmes et, au Paradis, de vierges éternelles à ma disposition et d’un coup de rouge qui m’était interdit sur Terre. A la maison, je serais comme un pacha : mes sœurs me serviraient du matin au soir. J’aurais l’agréable sensation d’être un caïd respecté et redouté.

Flûte !

Je suis née Musulmane ! J’ai bien une double nationalité, mais elle me sert à quoi ? Mon sort est exactement le même ici que dans mon pays d’origine. J’avais espéré trouver plus de liberté, mais ici aussi je suis surveillée de près par mes frères. Je ne peux sortir qu’accompagnée d’un homme de la famille. Heureusement, j’échappe à la « burka », mais je suis tout de même obligée de porter le voile. Je croyais qu’ici je pourrais me libérer de cette contrainte, mais, au nom de la tolérance et de la multiculturalité, les gens d’ici se soumettent aux usages de l’Islam. Evidemment eux vivent librement. Le plus dur à supporter, c’est que des femmes, dont nous espérions une aide, nous trahissent par ignorance de la réalité islamique. Mes sœurs et moi nous ne pouvons que rêver de pouvoir vivre comme les femmes occidentales.

Moralité : Sans dieu les femmes vivraient comme des déesses

dimanche 7 février 2010

Religion-Etat un débat fondamental

L'affirmation publique par Jean-Michel Javaux, le président d’Ecolo, de sa foi catholique, une démarche qui a été jugée inconvenante dans le monde politique, oblige de rouvrir le débat sur les relations entre les instances religieuses et l’Etat.. Le moment paraît s’imposer alors que l’irruption de l’Islamisme, le retour observé d’un besoin spirituel rassurant, la désignation d’un nouveau chef de l’Eglise catholique, rouvrent l’ interrogation sur les rapports futurs des religions et de l’Etat.

Lire la suite...

- page 1 de 2